Lundi 18 juin | 2012

Atelier « washi » avec Chiaki Morita 森田千晶

par et

Par un beau jour de Mai, nous sommes partis avec notre ami Akinori Oishi, pour la ville de Sakado, dans la préfecture de Saitama ( environ 1h en train depuis Tokyo ).

Nous avons rendez-vous avec l’artiste Chiaki Morita ( 森田千晶 ) pour fabriquer du papier traditionnel japonais : le washi.

papier washi, fabrication, how to washi paper
Chiaki vit et travaille dans un atelier perdu au milieu des champs et des potagers : l’Atelier Senrowaki. Mais dans son jardin, Chiaki ne cultive pas tout à fait des choux, des carottes et des edamame comme ses voisins… Elle fait pousser des plants de mûrier à papier ( kouzo 楮 )

papier washi, fabrication, how to washi paper
Une fois récoltées, elle fait tremper les plantes dans l’eau, les fait bouillir à plusieurs reprises pour les assouplir, trie les impuretés

papier washi, fabrication, how to washi paper
… puis bat et cisaille le tout  jusqu’à obtenir des fibres blanches : la pulpe de papier. ( Je résume beaucoup, car en réalité, cette étape nécessite déjà plusieurs jours de travail ! )

papier traditionnel japonais washi, fabrication, how to washi paper
Elle fabrique aussi elle-même, à partir de racines, une sorte de colle ( le « neri » ) qui permettra aux fibres de tenir ensemble lors du séchage du papier. Du papier 100% végétal ! Un boulot de dingue !

Après tout ces préparatifs, l’étape de création des feuilles de papier peut commencer.
Et c’est également ici que commence notre workshop : nous allons faire du papier avec un motif en filigrane, il faut donc faire 2 couches de papier.

papier traditionnel japonais washi, fabrication, how to washi paper
Dans une grande cuve, les fibres de papier sont mélangées à de l’eau et un peu de colle « neri ».
On recueille de l’eau chargée en fibres dans un cadre ( le « suki-geta » ) et on agite le tout pour faire se déposer les fibres le plus régulièrement possible sur un écran de bambou.

papier traditionnel japonais washi, fabrication, how to washi paper
La première couche de papier « uni » est déposée sur un tissu humide ( trop facile ! )

papier traditionnel japonais washi, fabrication, how to washi paper
Deuxième couche : sur l’écran de bambou, on a ajouté le motif en adhésif découpé  ( Hé oui, je maitrise parfaitement la technique, pendant qu’Alex galère avec son cadre, haha ! )

papier traditionnel japonais washi, fabrication, how to washi paper
La deuxième couche de fibres est déposée par dessus la précédente : le motif en noir apparaitra en filigrane dans la feuille.

papier traditionnel japonais washi, fabrication, how to washi paper
… puis on soulève doucement, sans déchirer la fine couche de fibres humides et sans abimer le motif ( Là j’ai eu besoin de l’aide de Chiaki Sensei  ^__^ )

papier traditionnel japonais washi, fabrication, how to washi paper
On recommence ensuite l’opération pour faire plusieurs feuilles ( Oui, bon, ok… je n’ai pas réussi à tout les coups, il faut quand même avoir un sacré coup de main pour faire de belles feuilles fines et régulières… )

Il ne reste plus qu’à laisser le papier sécher, et un jour plus tard : TADAM ! Voilà le résulat !
papier traditionnel japonais washi, fabrication, how to washi paper

:love:
Merci pour tout, Chiaki !
千晶先生 ありがとうございました!

Pour découvrir son travail, tout en jolies matières et en finesse : Le site de Chiaki Morita.

。。。。。。。

Et pour en savoir plus sur le Washi :
– De très bons articles sur le site Chiyogami touch :
Avoir la fibre ou pas
et Atelier Kami-suki
- Un reportage en images sur le travail d’Ichibei Iwano, un maitre Washi qui a été déclaré « Trésor National vivant » du Japon ( rien que ça ! )

  • RSS

    S'abonner à Issekinicho

  • Du Japon dans tes oreilles

    Here is the Music Player. You need to installl flash player to show this cool thing!



    Si vous aimez les livres des éditions Issekinicho, vous aimerez surement les livres des éditions Omakebooks !