Ce Japon que personne n’a envie de montrer…

… et que personne n’a envie de voir.
Vous l’aurez remarqué on est pas de gros otakus, pas de photos de cosplay, pas d’article sur la Jpop, on parle peu d’Akihabara, on a pas fait le Tokyo game show, ni le comicon…
Faire ce genre d’article ne nous intéresse pas trop, 10000 sites et blogs en parlent déjà et mieux que l’on ne pourrait le faire.

Parlons d’autre chose et regardons ce 2ème Japon.
À chaque fois que l’on parle du Japon c’est génial, propre, merveilleux. Oui… quand on est en vacances, mais quand on commence à y vivre… Tout d’un coup, on commence à voir les défauts du système et ses exclus.

En me baladant, en allant prendre des photos de matsuri ou lors du hanami, j’ai croisé beaucoup de sdf que j’ai pris en photo par réflexe. Les photos de ces personnes errant dans Tokyo se sont accumulées, j’ai donc décidé de faire cette note.

La machine à broyer :
Voici ma vision du système japonais ( elle n’est pas forcement bonne, c’est juste un point de vue ) :
Le système japonais ne fait pas de cadeau et une personne qui n’arrive pas à suivre le groupe est rapidement marginalisée. Souvent on se dit  : “Wouah, cet esprit de groupe au Japon c’est génial, ça marche bien.” Oui, c’est vrai que cette discipline dans le métro ou cette façon que les japonais ont de fonctionner en groupe a de quoi impressionner. Malheureusement, ça ne laisse pas de place à l’échec et ça peut très vite être la descente aux enfers.

Vous voulez “voir le Japon autrement” ? C’est parti.

 

Voilà un reportage pour en apprendre un peu sur un autre phénomène, les freeters :

 

 

72 commentaires sur “Ce Japon que personne n’a envie de montrer…

  • 5 décembre 2011 at 16h07

    Que ce soit au Japon ou ailleurs ces images font toujours autant de peine :(

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 16h11

    J’avais remarqué aussi ces personnes qui sont “hors de la société” et eu de la peine pour eux, comme ceux qui sont en France.

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 16h18

    Merci pour cet article, ça fait du bien de sortir un peu des stéréotypes habituels que l’on nous sert trop souvent au sujet du Japon.

    Une remarque concernant le SDF et autres démunis au Japon… Je n’y suis resté qu’une dizaine de mois mais c’est bien suffisant pour avoir un aperçu autre que que les clichés que l’on connait. Et une chose qui m’a toujours assez frappé lorsque j’étais sur place, c’est la façon dont ces personnes s’aménagent leur campement provisoire. Ils choisissent en général un endroit assez propre et n’étalent pas leurs affaires n’importe comment. En témoignent sur tes photos les nombreuses paires de chaussures que leur propriétaire rangent côté à côté au pied de leur couche, tout comme leurs affaires sont souvent bien pliées et rangées à leur côté, etc.
    Ils arrivent malgré la difficulté de leur quotidien (et ce doit être particulièrement dur au Japon) à rester dignes.

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 16h22

    8-O

    Merci pour cet autre regard… de quoi nuancer la vision “féérique” de cette société qui fascine tant. Ca donne envie de comprendre le “pourquoi” et le “comment” de cet “envers du décors” aux antipodes d’une pensée “cool japan” pourtant omniprésente…

    Magnifique blog, cela dit en passant… O__O

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 16h26

    merci pour ce reportage & ses liens vidéos.

    ça n’a peut être pas grand chose à voir, mais cela m’a rappelé une anecdote personnelle , que j’ai envie d’écrire ici ^^

    lors de mon voyage au japon il y a quelques années j’avais été surprise de voir qu’un papi japonais nous avait repéré, avec notre air perdu, dans la rue pour nous aider à nous loger et négocier le tarif de la chambre d’hôtel (car nous avions un petit budjet )
    Sans rien nous demander en retour et en refusant notre invitation à boire un café ou autre , il nous a rendu un grand service ! sans lui , on aurait peut être dormi dehors… ! ( c’est ça d’être jeune & désorganisé lol)

    pourtant à contrario, quand on voulait parler aux japonais , dans des bars par expl, juste pour socialiser, faire des connaissances, cela c’est avéré compliqué…

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 16h34

    :( terriblement belle tes photos! :)

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 16h35

    Le manga Ushijima (qui traite en grande partie des addicts des pachinko, de la prostitution, et même de la procrastination) montre bien l’envers du décors du système Japonais. Tes photos sont d’une grand intensité, bravo.

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 16h36

    J’ai toujours du mal avec les photos de SDF. Normal, ça dérange, me direz vous, mais lors de mes voyages j’en ai souvent croisé (en France aussi mais j’me promène pas avec un appareil photo) et j’ai rarement réussi/osé en prendre en photo. Et les 4 ou 5 photos que j’ai prises d’eux, on ne voit pas leurs visages.
    J’me dis qu’ils aimeraient pas qu’on les voient comme ça. En tout cas moi j’aimerai pas qu’on me prenne en photo dans cette situation là. :(

    A part ça les photos sont belles même si elles sont tristes et dérangeantes. Et je comprends la démarche de vouloir montrer une autre face du Japon.

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 16h39

    Très belles photos, comme d’habitude.

    Je vous conseille d’aller faire à Toyama-kôen (près de Takadanobaba). Il s’y trouve un gros campement assez impressionnant à voir.

    En France la police a tendance à faire le ménage assez rapidement quand quelqu’un ne plante ne serait-ce qu’une pauvre tente sous un pont ou près d’un parc. Au Japon la police est moins “emmerdante” avec les SDF, mais les laisser vivre là est aussi un moyen d’investir moins d’argent dans les centres d’accueils (quasiment inexistants).

    La plupart des SDF au Japon sont en fait des travailleurs journaliers dans les secteurs du BTP notamment. Votre analyse est bonne, mais un peu déconnectée des détails concrets qui font que les gens se retrouvent parfois à la rue en quelques mois de dégringolade sociale. La législation du travail est par exemple très favorable aux employeurs. Quand en plus ceux-ci ne déclarent pas leur employés (ce qui arrive très souvent), il suffit d’un accident du travail pour que ceux-ci se retrouvent sans revenus du jour au lendemain. Et dans le BTP, un accident est vite arrivé.

    Si ces gens là n’ont pas leur famille pour prendre soin d’eux, ils vivent dans des pensions bons marchés et des saunas jusqu’à épuisement de leurs économies.

    Si vous lisez le japonais, je vous recommande un bouquin très touchant qui recueille 99 témoignages de SDF.
    矢野弥八,『ホームレス。どっこいお気楽。名言集』(2008)ベスト新書
    C’est du discours semi-rapporté, du coup il y a pas mal d’argot et parfois des dialectes régionaux, donc c’est pas le bouquin le plus facile du monde, mais les témoignages sont émouvants, parfois enragés, parfois drôles.

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 16h43

    Oui, il y en a, dans le parc derriere la mairie de Tokyo, a Uneo, sur la place Alta a Shinjuku, au parc d’Hibiya a cote de l’assemblee nationale.
    Tous avec leurs histoires individuelles, parfois sympas, parfois moins, generalement dignes et faisant encore des efforts, fort rarement en train de faire la manche.

    Ils ont perdus le lien avec leur famille, qui fait office de filet de sauvetage ultime.
    Un avertissement pour les freeters, pour les employes, et pour ceux qui voudraient depenser comme des cigales sans penser aux economies et aux bons du tresor Japonais.

    Toujours plus sympa d’en parler sur un blog 100% en francais, j’ai toujours l’espoir de voir un jour un de ceux en photo retrouver une vie normale voire devenir riche et celebre, et souhaiter donc n’offrir aucune trace sur le web de cette periode de sa vie, ne pas souhaiter qu’un tiers retrouve sa photo, meme avec les technologies de reconnaissance faciales qui se repandent.

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 16h56

    Il faudrait quand même être aveugle pour ne pas les voir et idiot à penser qu’il n’y en a pas.

    Je suis assez d’accord avec ce que dit Tom. J’ai aussi été frappée par le fait que très peu de gens mendient. Ou alors il y a les chats mendiants. Je crois que c’était au parc d’Ueno nous avons vu des emplacements à chat (papier journal, parapluie déglingué pour leu servir d’abris.) avec une petite assiette pour mettre des sous.

    Quand j’ai demandé une explication, on m’a dit que les SDF japonais ont le sentiment qu’ils sont responsables de leur déchéance. Ils ne demandent rien à personne, refusent la pitié. Tant qu’ils peuvent se débrouiller ils le font.
    Alors ils mettent des assiettes aux chats et récupère le soir leurs contenus. Car faire la manche c’est pire que tout même pour un SDF.

    Je ne sais pas si ce qu’on m’a dit est vrai. Mais j’ai aussi vu des chats mendiants à Kyoto.

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 16h59

    Salut!
    Tu as quoi comme appareil pour faire de si jolies photos ?

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 17h01

    La photo principale est belle et triste. Les autres photos sont assez déprimantes et dures. Ça fait peur de se retrouver dans cette situation. Ça ne devrait pas exister de laisser les gens dans cette situation.
    J’avais vu le reportage sur les freeters sur arte. C’est bien que les gens refusent le système.

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 17h18

    La photo où l’homme dort juste à côté d’une pub coca cola montre assez bien la réalité des choses : d’un côté les “puissants”, de l’autre… Comme partout dans le monde, c’est on ne peut plus triste mais j’ai l’impression que les SDF Japonais ont plus que les autres honte de cet état…

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 17h20

    Ca m’avait beaucoup marqué quand j’y étais allée, au cours de mes balades. Surtout la soupe populaire juste à côté du Tokyo National Museum

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 17h26

    Trés beau sujet, enfin une vision vraie d’un pays qui est loin d’être l’eldorado !
    Bravo.

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 17h27

    Une bien belle galerie photo l’ami
    (mais que ça ne t’empeche pas de nous faire aussi de jolis petits dessins)

    des bisous les loulous

    B.

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 17h28

    Je tiens a vous laissez un commentaire en vous remerciant pour ce “mini” séjour au japon !. Je suis tomber par hasard du votre blog , et j’ai tout lu tout vu de la dernière page , (enfin plutôt de la première.. -_^ enfin..du début.. enfin.. #BREF).

    Vos photos sont magnifique et vos dessins hilarant vraiment !. (celui des 3-mini réplique ma trop fait rire.). Je rêve aussi d’allez Au japon O_O et j’aurai vraiment voulu y allez un ans , mais bon -_- . Vous avez de la chance vraiment et je vous remercies de partagez tout ce que vous voyez la bas avec nous !.

    En tout cas , je vous souhaite bonne chance et beaucoup de courage pour la suite !/ :victory:

    Merci pour tout , je reviendrais ! :love:

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 17h40

    Un sujet complexe et délicat, qui permet de saisir plus d’informations sur le fonctionnement de la société urbaine japonaise qu’une balade à Akihabara.

    Ce phénomène, bien que de plus en plus fréquent, n’est pas nouveau. Il y a toujours eu comme un système de caste au Japon avec des exclus.

    C’est toujours délicat de prendre en photo des personnes dans la rue sans qu’ils le sachent. Mais l’article est là pour témoigner d’une réalité et la démarche est respectable.

    À lire aussi : “L’homme-boîte” de Kobe Abe

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 18h31

    Merci pour ce reportage. C’est agréable de voir d’autres émissions moins stéréotypées sur le japon et ses habitants.
    J’aime beaucoup l’orientation de votre blog, plus objectif et simple que la plupart des blogs kawaii acidulés.
    Je l’ai découvert récemment mais je pense qu’il va rapidement devenir un de mes favoris.

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 19h06

    Vos photos sont superbes, et nous rappelle qu’hélas la misère ne connaît pas de frontière. C’est un bel hommage à ces gens que de montrer qu’ils existent, alors que beaucoup les ignorent en les croisant au quotidien.

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 19h27

    Salut,

    Je déouvre ce bog et cela fait plaisir de voir autre que akiba ou des temples.
    Tes photos sont vraiment magnifiques!

    Par contre pour le reportage sur les freeters j’ai regardé la première vidéo uniquement car comme d’habitude le sujet est abordé avec un oeuil occidental et donc il en ressort beaucoup de conneries (du genre les freeters travaillent le weekend et les jours fériés pour qu’on s’appitoie sur leur sort alors que c’est tout a fait normal ici de travailler le weekend)

    Bonne continuation.

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 20h01

    de magnifiques photos pour un très touchant temoignage…

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 20h04

    Très joli post, bravo et merci :)

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 20h25

    Je ne sais pas pourquoi les gens idéalise autant le Japon.
    Aucun pays n’est parfait.

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 21h06

    Je sors en ce moment même d’un cours de civilisation japonais parlant justement de ce thème et je me retrouve avec cet article. La leçon sera bien comprise.

    J’aime beaucoup cet article donnant un autre regard sur le pays. Les photos parlent d’elles-même et si le documentaire est signé Arte. Je regarde ça tout de suite !

    Encore un article intéressant comme toujours ! Merci !

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 22h09

    Tes photos sont magnifiques et montre un visage occulté de Japon, même si on s’y attend quand même pour un pays développé. Je confirme que le reportage sur les freeters est très bien.
    Continue à nous proposer d’aussi bonnes et “vraies” photos.

    Répondre
  • 5 décembre 2011 at 23h08

    J’dois avouez que sa fait réfléchir… Moi qui détéste les études, c’est vraiment triste de voir ses gens qui essay just de survivre

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 1h04

    Une analyse passionnante. Mon homme travaille dans une grosse entreprise japonaise, et constate au quotidien combien réelle est cette “machine qui broie” l’individu au profit du groupe.

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 1h27

    Merci pour vos commentaires, je savais pas du tout comment cet article allait être reçu, je suis content qu’ils ne vous laissent pas indifférent. J’ai hésité car je me suis dis “montrer des photos au final ça sert à pas grand chose.”
    J’ai eu les contacts grâce à Stephane et Julien d’une association d’aide pour les SDF, c’est un sujet qui mérite d’être développé affaire à suivre.

    Moi ce qui m’a le plus marqué ce n’est pas de voir des sdf, mais de voir leurs habits. Certains sont habillés de haillons, apparemment il y a peu de collectes de vêtements ( une amie qui voulaient donner des vêtements n’a jamais trouvé d’assos qui gère ça ).

    Albatrours > Merci pour les infos. Je l’avais dit mon point de vue n’est pas forcement bon car je n’ai pas toutes les clés pour comprendre le problème.

    Joranne > C’est vrai que les sdf font peu la manche ou alors ils ciblent plutôt les gaijins que les japonais, quand ils t’abordent ce n’est pas à la “française” en t’insultant quand tu ne donnes rien.

    Alex > Je sais pas si le ton du reportage est vraiment fait pour qu’on les plaigne. Je le trouve assez neutre quand même. Quand même très loin du ton M6 ou France2 où effectivement au bout de 5 minutes t’as envie de casser ta télé :((

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 4h07

    Les photos ont une intensite incroyables. Bravo
    Decidement, ce magnifique pays a beaucoup de soucis majeurs a gerer parallelement.
    Merci pour cette vision du Japon… un peu grise… d’une jeunesse en quete d’une forme d’avenir. Que rapidement le Japon trouve une source d’espoir, une solution pour cette jeunesse laissee sur le carreau de la mondialisation…
    Gambate ne !

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 7h49

    C’est une redite des commentaires précédents mais merci pour cet article. Trop de gens idéalisent le Japon et pas uniquement les touristes de quelques semaines.
    Ces photos sont touchantes, dures, tristes,dérangeantes mais se cacher la réalité ne mène à rien, la vie au Japon n’est pas aussi rose que certains peuvent le croire.

    Encore merci, ça fait du bien même si ça fait mal ;)

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 10h00

    Pour rebondir sur les commentaires précédents, c’est vrai que la vie est loin d’être toute rose au Japon. Comme toute civilisation, la civilisation japonaise a des bons et des mauvais côtés, je crois qu’il serait vraiment trop naïf de penser une seconde le contraire.
    Cela dit, et si l’on compare à la France bien que ce soit difficilement faisable (mais on est toujours tenté hein), la proportion de SDF est vraiment vraiment moindre. Tout comme pour le chômage, le vrai problème vient du fait que c’est un phénomène relativement récent et que le Japon a longtemps eu tendance à fermer les yeux (comme souvent quand il y a un problème, je trouve que c’est un des travers de la culture japonaise, cette tendance à ne pas savoir gérer les problèmes et à commencer par les ignorer/nier comme si ça allait les faire disparaitre). Du coup, il y a très peu d’aide et de moyens pour aider ces personnes. J’ai lu que Tokyo a lancé un programme de réinsertion des SDF depuis 6 ans à peine, mais qui semblerait être efficace puisque le nombre de SDF est en baisse.

    Cette vision de “la machine à broyer” les individus me parle tout à fait. Je vois ça comme une immense machine qui attrape les japonais un par un pour les écraser dans des moules (genre moules à onigiri)… Si tu rentres pas, tu es comme un produit défectueux. -_^

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 10h55

    Merci pour cette série ça remet un peu les pendules à l’heure s-D , j’avais beaucoup aimé “Tokyo Freeters” un documentaire très intéressant qui pose un regard actuel et un peu plus en profondeur sur la situation de beaucoup de personne au Japon. A voir !

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 11h24

    Je trouve tes photos irrespectueuses.
    Je ne comprends pas comment tu as pu osé les prendre en photo.
    Je trouve cela honteux.
    Je ne trouve pas cela respectueux de dégainer ton appareil photo d’une certaine valeur afin prendre des personnes vivant dans la misère qui n’ont rien demandé a personne.
    Ces personnes, ne demandent rien, elles veulent seulement être tranquilles.
    Jamais un SDF n’acceptera de l’aide ou alors c’est extrêmement rare.
    Parfois certains sdf se font frapper (aussi) au Japon, c’est une violence physique mais aussi je pense que ceux qui t’ont vu les prendre en photo on du ressentir une violence morale.
    Je ne pense pas que ça soit agréable de voir un homme qui plus est étranger a son pays propre sur lui, prendre une photo de soi quand on a plus rien qui nous donne encore envie de vivre. Rien a manger, pas d’argent, pas d’hygiène, pas de logement, des violences, un rejet total de la part des autres.

    Enfin ce n’est que mon avis mais je souhaitais le partager.
    Faire un articles oui je peux comprendre vouloir le dire oui, mais les photos, non sincèrement ce n’était pas la peine ….

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 11h49

    Pumpink > C’est un point de vue.
    Montrer la vie à Tokyo et ne pas prendre ces gens en photo serait leur manquer de respect justement.
    Les japonais se foutent complètement des sdf, donc si ça a choqué les japonais qui m’ont vu les prendre en photo c’est plutôt bien.

    La poussière sous le tapis…

    Par contre quand tu dis “Jamais un SDF n’acceptera de l’aide ou alors c’est extrêmement rare.” c’est complètement faux tu n’as pas vu les files d’attente dans les soupes populaire à Shinjuku.
    Va donner un coup de main je peux te donner des adresses.

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 12h03

    Très belle série de photos. Très touchante aussi.
    Déjà, je trouve ça très intéressant de montrer un autre visage du Japon. Comme vous le dites au début, c’est un pays dont on montre souvent qu’une image très esthétique, propre… Que ça soit par l’aspect traditionnel, le cosplay, ou autre… ca en donne un peu une image de maison de poupées.
    Je trouve ça très intéressant cette confrontation plus réaliste que résume bien la 4eme photo : Un SDF sous les fameux “sakuras”. Une autre réalité, confrontée à l’image d’Epinal.

    Enfin, contrairement à l’avis précédent, je trouve ça en rien choquant. Ou pour être plus précis : Je ne vois pas de raison à ce que ça soit plus choquant que n’importe quelle autre photo de n’importe qui qu’on ne connait pas.
    J’ai tendance à penser qu’un des aspects les plus durs de la vie en marge est que l’on se sent en permanence seul, ignoré, invisible. On vit sur une ile… isolé du reste du monde.
    Après, je ne veux pas trop généraliser, et chaque personne aura son avis personnel. Mais je ne suis pas sur que si on leur demandait, il y ait plus de sdf que ça gêne d’être pris en photo, que de sdf qui apprécient que quelqu’un parle d’eux (les prendre en photo, c’est aussi s’intéresser à eux… parler d’eux).

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 12h25

    Je voulais plutôt dire la manche, pour avoir déja tenter de donner mes repas a des SDF et m’etre royalement fait envoyer chier comme quoi je leur manquais des respect.
    Oui ils vont chercher de l’aide dans les endroits fait pour ça, c’est rare qu’ils fassent la manche sinon ( bien qu’il y en ait quand même ) .
    Pas comment en france ou ils n’hésiteront pas a sauter sur les gens, refusant d’aller demander de l’aide dans les endroits qui leurs sont consacrés.

    Enfin de mon points de vue déja prendre quelqu’un en photo sans son avis c’est ne pas la respecté, qui plus ait quand ces personnes la sont de pauvres personnes qui souhaiteraient passer inaperçues….
    Mais voila après c’est sur chacun son avis.

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 12h50

    Du vu et du revu. Il y a toujours un gogo qui pense apporter sa science en parlant de la pauvreté au japon. Youhou. C’est encore histoire de dire “laissez moi vous parler du Japon, je connais le vrai fond de ce pays puisque j’y habite” ?
    Le but de cet article est il de montrer au combien tu es touché par cette pauvreté qui je te le rappelle existe PARTOUT dans le monde. Et pire qu’ici surtout. La pauvreté au Japon, c’est pas un fait nouveau. Il suffit un tant soit peu de s’intéresser au pays pour savoir qu’ici aussi ça existe.
    Les photos c’est pour quoi ? Illustrer ton propos ? Tu prends les gens pour des billes ou quoi ? Tu penses que personne n’a jamais vu de sdf ?
    Tu te trouves respectueux, tu penses que tu es un bon gars parce que tu as fais ta b.a du jour ?

    Pour zongo: tu ne trouves pas choquant que des photos de personne qui n’ont surement jamais donné leur avis sur la question, apparaissent sur un blog ?
    Tu t’en foutrais de te faire prendre en photo par un mec qui mitraille tout ce qui bouge ? Il est où le respect de la vie privé là ? Le droit à l’image ?

    Pour finir, si tu veux faire un truc utile (et là je m’adresse à l’auteur du post), vas y toi même à la soupe populaire. Va parler avec les sdf, prends les en photo pour illustrer ce qu’il t’auront raconté, oui là d’accord. Sers leur à manger, mêle toi à eux. Là tu apporteras quelque chose à cet article.

    Rapporter des faits qui ont déjà été raconté maintes et maintes fois, je n’en vois pas l’utilité. Si ce n’est encore pour faire mine d’être triste, le cul posé sur sa chaise dans son appart bien douillet. C’est facile de compatir, moins de le vivre. Tu veux faire des articles qui touchent tes lecteurs ? Apporte du neuf.

    Mais cessez tous (là je parle aux lecteurs) de rabâcher que c’est admirable ou un honneur ce genre d’article. Personne ne leur rend hommage en faisant ça.
    Le seul hommage que vous puissiez rendre à toute la pauvreté existante dans ce monde, c’est d’aller au coeur de l’action.
    Mais bon, je sais que les 3/4 (et oui je suis optimiste) d’entres vous, après lecture de cet article et larmes d’hypocrisie versées, tourneront le dos à tout ça, comme si de rien n’était :)

    Sur ce.

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 13h06

    merci pour cet article. Il est important que les gens soient confronté à toutes les facettes de l’humanité et pas seulement celle qui veut, celle qui brille, celle qui aime se montrer.
    Je trouve tes photos respectueuses, de la même manière que les photos de Steve McCurry lorsqu’il prend un gamin se mettre de lui-même un revolver sur la tempe en Amérique du sud ou de cet enfant visiblement handicapé moteur en train de travailler dans un village en Afghanistan. Je n’ai pas trouvé que cela faisait voyeurisme, car c’est comme pour tout, ce n’est pas prendre des gens en photos mais la façon dont tu le fais qui importe, de la même façon que certains mots apparemment innocents peuvent être utilisés comme des insultes.
    Une occasion similaire s’était présentée à moi à Paris lors d’un petit voyage (je vis en suisse) et j’ai été surprise de la réponse positive d’un certain nombre d’entre eux. Leur proposer d’être un sujet à part entière, en tant qu’humain et pour montrer leurs difficultés quotidiennes, certains trouvaient cela presque amusant, d’autre un devoir, d’autres acceptaient ma présence et c’était déjà pas mal.

    Enfin bon tout ça pour dire que la démarche de montrer tout ce que l’on voit quand on voyage me parait bien honnête face aux nombreux blogs de voyage ou l’on voit le beau, les paysages flamboyants et où on “zappe” consciemment ou pas, les réalités dures à voir… contente que vous ayez obtenu ce visa pour poursuivre votre séjour au Japon :victory:

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 13h13

    Papito > Désolé je te mettrais des photos de chiens kawai la prochaine fois pour ne pas corner ton image du Japon.
    Non sérieusement, je montre c’est tout, chacun sa réaction. Je ne fais pas de b.a, je ne me sens pas plus humain ou plus généreux après un article comme celui-là.
    Ça te met la rage, pourquoi pas…
    Ça nous intéresse de connaitre les nombreux articles en français sur ce sujet car il y en a des tonnes comme tu le dis ( des articles de moins de 2 ans si possible ).

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 14h51

    wow.. quelle agressivité Papito s-D
    J’ai du mal à comprendre un tel excès.
    Pour répondre directement à la partie qui s’adresse à moi :
    – Non, je ne trouve pas ça choquant.
    – Oui, je m’en foutrai.
    Quand au respect de la vie privée, si une photo de soi gêne, on peut toujours écrire à l’auteur d’un blog et demander de la retirer, ou attenter un procès dans le pire des cas.
    Après, si cela te choque à ce point, libre à toi d’attaquer en justice Henri Cartier Bresson, Doisneau, (mince, ils sont morts) ou n’importe quel autre photographe qui prennent en photo les gens dans la rue depuis plus d’un siècle.

    Pour ma part, je n’ai pas eu l’impression en lisant l’auteur, qu’il voulait “rendre hommage” ni se placer en donneur de leçons.
    Après, on a évidemment pas tous le même avis, mais je pense qu’on peut en débattre sans agressivité.

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 18h27

    Si il y a une chose que j’ai vraiment apprécié au Japon, en tant que photographe, c’est la nonchalance de tous face aux objectifs, que ce soit de la photo ou de la vidéo c’est super de voir qu’ils ne sont pas dérangés ou gênés.

    L’abus du sois disant “droit à l’image” qu’on nous rabâche à longueur de temps en France lui nous prive d’une liberté que Doisneau pour reprendre l’exemple ci-dessus, aurai eu du mal à mettre en application (prendre des photo d’enfants à l’école, c’est quasiment un crime aujourd’hui…)

    Petite anecdote, un vendeur d’andouille sur le marché de Rennes a fait une crise car je prenais les dites andouilles en photo, m’a demandé d’effacer toutes les photos des andouilles et clamé le droit à l’image de “ses” andouilles…Absurde :blurp:

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 19h18

    C’est évident que tout le monde ne rentre pas dans ce système écrasant, ou n’y tient pas longtemps…
    Alors, puisqu’on voit des photos de salarymen copiés/collés, ou de belles OL, etc… pourquoi faire l’autruche et renoncer à parler ou à montrer ceux qui en sont exclus? Le Japon n’est pas que “kawai”…
    Merci aAlex pour ces photos pleines de vérité crue et dure. Tu as beaucoup de talent car justement tu les montres dignement ces personnes!
    Passer à côté et les ignorer, ce serait ça qui serait super violent.
    Merci encore.

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 21h26

    :love: cet article merci

    Répondre
  • 6 décembre 2011 at 23h35

    J’ai été profondément touché par la photo au début de votre article. La misère est malheureusement partout et pourtant nous ne la voyons pas.
    Je tiens à vous remercier tout les deux de nous faire découvrir au fil de vos notes un japon méconnu du grand public.
    Merci.

    Répondre
  • 7 décembre 2011 at 0h32

    C’est trop triste,le trucs sur les freeters et les SDF du Japon :(

    Répondre
  • 7 décembre 2011 at 7h58

    Voilà en effet un angle pas souvent pris pour montrer le Japon. Pour ma part et c’est une position que l’on peut considérer comme politique, j’ai fait le choix de photographier plutôt la richesse et le malheur qui est pourtant beaucoup plus photogénique, voir toutes les photos primées de par le monde. Pour ne pas voir les SDF à Tokyo, il faut être aveugle, il suffit de se promener dans le parc Ueno ou dans le cimetière de Yanaka en plein centre de la ville. Mais si la société japonaise ne fait pas de cadeaux, pour l’instant elle a réussi à maintenir une quantité de petits boulots qui ont disparu en France ou même jamais existé, comme ceux des préposés qui préviennent les passants qu’une voiture va sortir d’un parking. Que diriez vous de la société française aujourd’hui beaucoup plus impitoyable et pauvre que la société japonaise.

    Répondre
  • 7 décembre 2011 at 11h27

    Ah tiens mais c’est rigolo Pumpkin et Papito ont la même ip 58.93.51.135 c’est drôle s-D

    Répondre
  • 7 décembre 2011 at 12h41

    Oui c’est normal que nous ayons la même IP puisque nous vivons dans la même maison au Japon :)
    Je ne vois pas ce qu’il y a de drôle ? Le fais qu’on ait le même opinion qui apparemment doit te dérangé puisque tu en arrives au point de comparer les IP des gens?

    Répondre
    • 7 décembre 2011 at 12h47

      Je fais de la maintenance sur le blog et vu que les 2 commentaires se suivaient… j’ai tilté sur l’ip. Bon tu diras à ton pote Pepito que j’attends toujours les innombrables sujets vu et revu sur le sdf au Japon dont il m’a tant parlé.

      Répondre
  • 7 décembre 2011 at 13h46

    J’ai toujours pensée qu’il fallait montrer toutes les facettes (bonnes et mauvaises)d’un pays lors de mes voyages (je viens découvrir et non visiter un pays, un peuple), et une photo a elle seule peut se révéler plus parlant qu’un long discours.
    Ces photos sont très belles et explicites; mais peut être mériteraient-elles, pour certains, de plus amples explications :-p.

    2 anecdotes me reviennes, mon 2nd jour à Tokyo, sur les quais prés d’Asakusa, cette longue file d’hommes de Sdf attendant tranquillement qu’on leurs servent à manger (onigiris), le plus dur à était de voir que c’était 2 européens qui s’en occupait :( cette image m’a terriblement frappée ou étaient les bénévoles japonais?.
    L’autre m’a choqué à vie, à la gare de Tokyo je cherchais une grande cosigne pour mon sac à dos, n’en trouvant pas s-D je me suis résignée à en prendre 2 plus petites, là un salaryman m’a demandé de le suivre, il s’arrête brusquement devant un sdf en train de manger son bento, lui cri de dégager et le pousse méchamment sur le côté (renversant sa nourriture),là il se retourne vers moi, me montre le grand casier l’ouvre met mon sac,puis s’en va.
    Moi, incapable de bouger la bouche ouverte je regarde et laisse faire complètement abasourdi :blurp:; je zieute le sdf, un jeune homme, il se pousse un peu plus sans me regarder, comme résigné et honteux. je ferme ma consigne, lui donne quelques pièces honteuse aussi et part. A mon retour il n’était plus là.
    Je ne savais pas comment réagir les gens autour de moi étaient soit indifférents soit ils approuvaient le salaryman, ce jour là j’ai compris une facette du Japon vraiment impitoyable tellement différente de leurs gentillesses habituels.

    Répondre
  • 7 décembre 2011 at 13h55

    Vipere > Oui les photos sont peu expliqués désolé. Merci pour les anecdotes, qui ne m’étonne malheureusement pas. À Asakusa c’est surement l’association Sanyukai que tu as vu, il y a plusieurs européens dans cette assos, je suis en contact avec eux, affaire à suivre. Cette note est loin d’être un one shoot ;)

    Répondre
  • 7 décembre 2011 at 17h51

    Pour terminer sur une petite note positive, qui n’enlève rien au point de l’article: la pauvreté extrème existe au Japon. :(

    J’avais la donnée en tête, je cherchais une source et finalement elle est ici: http://fr.wikipedia.org/wiki/In%C3%A9galit%C3%A9s_de_revenu

    Donnée qui fait encore la tristesse de beaucoup qui voudraient vivre au Japon ET devenir très riches, et oui, la disparité de revenus entre très riches et très pauvre est (encore, et comme partout c’est une forteresse assiégée par des gens comme le patron de Tepco) une des plus faible dans le monde. Mais ce n’est pas non plus le “paradie communiste” puisqu’il y a des gens qui souffrent dans indifference.

    Répondre
  • 7 décembre 2011 at 17h53

    Quelle tache ce papito. Le genre de blaireau qu’on croise trop souvent au Japon.

    Comme si c’était un sujet déjà vu et revu…n’importe quoi.
    En parler c’est aidé les gens à prendre conscience du phénomène car même si toi tu as la science infuse, il y a des gens qui ne connaissent pas cette facette du Japon. En tout cas en parler c’est toujours plus utile que cracher sur les personnes qui en parlent. Je me demande ce qui te rend aussi agressif…

    Pour la polémique des photos je reconnais que prendre des photos de gens sans leur consentement me dérange aussi un peu, mais souvent une photo exprime plus de chose que les mots…

    Répondre
  • 7 décembre 2011 at 20h09

    Ce sont là de belles photos, touchantes, preuve en est tout ces commentaires bouillant d’émotions. Mais tant qu’à publier un article potentiellement polémique, autant fournir de la matière première au débat. Mais cela a déjà été dit :-p .
    Certain diront qu’il est aisé de publier un article puis d’aller se laver les mains, mais c’est précisément en informant qu’on arrive à faire avancer les choses, et la population japonaise, au vu de certains témoignages très intéressants, n’a pas l’air vraiment préoccupée par ces personnes en “marge”.
    Par ailleurs, en ce qui concerne un certain droit à l’image, je vous ferai remarquer que lorsque vous vous promenez dans la rue, des tas de gens ont l’occasion de vous observer sous toutes les coutures. Prendre en photo une personne est donc aussi “intrusif” par rapport à son intimité que de la regarder. Après rien, ne vous empêche de vous promener avec un carton sur la tête.
    De plus il y a une énorme erreur que beaucoup ont fait, qui consiste à appliquer une logique française à la mentalité japonaise …

    A part cela, peut être l’auteur pourrait-il faire un 2 ème article avec tout pleins d’infos sur le sujet, parce que moi, toute petite, n’aie pas la science infuse, mais ne demande qu’à apprendre :victory:

    Répondre
  • 7 décembre 2011 at 20h37

    Article d’une pertinence rare, surtout à l’approche de noël où les gens se plonge dans une hypocrisie romantique, se créant un monde où tout va bien et ou personne ne souffre. Ce genre de problème est mondiale, on ne montre jamais le coté sombre, “honteux” des pays “civilisés”. Il est bien caché, laissant paraitre une image touristique de celui-ci. Quand on voit ça (http://www.youtube.com/watch?v=aabXDPcRPH4) c’est le summum de l’hypocrisie. Fermer les yeux ne fait rien disparaître mis à part sa propre culpabilité… et encore.
    Très belles photo. Oui, belles, je maintiens.

    Répondre
  • 8 décembre 2011 at 7h33

    Mais quel débat passionné, et tant mieux, c’est le but d’une photo, de faire réagir. On peut dire que tu as réussi.
    Je pense qu’aAlex n’a pas souhaité faire un article moralisateur socio économico culturel sur le Japon, mais simplement des photos illustrant la présence de SDF dans cette ville, avec un texte d’illustration et des lien vers un bon reportage. Après les donneurs de leçons avec leur vision universelle et un peu mono directrice et agressive dans les propos… leur avis est le bienvenu…

    Répondre
  • 8 décembre 2011 at 17h51

    Et pour ce grand débat de “droit à l’image” et autres réjouissances, je pense que si on commence à s’interdire certaines photos parce que les gens ne veulent pas être vus, parce que le sujet dérange etc., radicalisons la chose.
    Dans ce cas, ne prenons plus de photos de vacances où des passants se glissent par mégarde dans le cadre. Ne prenons plus de panneaux publicitaires dans des photos urbaines non plus, ou alors payons des droits aux marques concernées.
    Si ces photos sont “choquantes”, c’est parce qu’elles sont directement centrées sur les sdf. Si le sdf apparaissait en arrière plan d’une photo souvenir, personne ne dirait rien, alors que le problème reste le même, non?
    C’est donc la mise en évidence du sujet qui dérange.
    Ne soyons donc pas hypocrites, à mon humble avis.

    Répondre
  • 9 décembre 2011 at 8h54

    Très très belles photos, originales et fortes.

    Répondre
  • 10 décembre 2011 at 3h18

    De mon premier sejour il y 2 ans j’avais deja croise quelques SDF a Tokyo. Maintenant j’habite a Nishinomiya, pres de Osaka, et a chaque fois que je prends le train pour y aller en passant pres des ponts on peut voir des dizaines d’abris de SDF qui y vivent en dessous… la premiere fois que j’ai vu ca, ca m’avait un peu choque :( depuis a chaque passage je regarde, c’est triste a voir.

    Répondre
  • 10 décembre 2011 at 19h57

    Bien bien, j’ai lu TOUS les commentaires. Oui, tous.
    Alors voilà, les photos, et bien elles m’ont émue, et j’assume. En tant que fille de toutes façons je peux pas faire autrement. Alors il y avait pleins de beaux petits commentaires tous positifs. C’est vrai aAlex, tes photos sont vraiment belles, et d’une dureté qui m’en a fait couler les larmes.
    Et puis il y a eu les commentaires alarmistes… “Attention, cet article c’est de la merde en boite” Avec pour seul argument “c’est vu et revu”.
    Et c’est là où je ne suis pas d’accord. La misère au Japon, elle existe, et elle existe d’autant plus que personne ne la voit.
    Alors à ceux qui dirait “tu fais ta ba et après tu vas te laver les mains”, quand tu regardes un reportage sur la misère du monde, les petits africains qui crèvent la dalle, les demandes de dons pour telle ou telle cause, tu ne fais pas pareil? Tu les regardes, et après tu penses à autre chose.
    La critique est aisée, et l’art et difficile, comme on dit.

    Répondre
    • 12 décembre 2011 at 7h06

      Midori > Merci ^_^ C’est vrai le skate dans la rue c’est dangereux allons donc raser ce parc et virer tout le monde. De l’argent bien investi.

      Répondre
  • 13 décembre 2011 at 5h40

    Dit donc, ton article fait du bruit, tu sait qu’il a un article sur votre blog après ton dernier post sur le SDF? Je vais t’envoyer le lien:)

    Répondre
  • 30 mars 2012 at 20h41

    Depuis plus de 10 ans, je navigue entre les emplois précaires, ccd, missions d’intérim, j’ai d abord accepté ça et misé sur mes loisirs, puis petit à petit, je me suis épuisé, j’ai 31 ans, je refuse de retourner m’ennuyer dans une usine, je ne travail plus, je me suis complétement désocialisé, je ne vois plus personne, je ne sors plus. il n’y à pas qu’au Japon que les jeunes ne trouves pas leur place, et personnellement, je suis fatigué de la chercher, j’ai renoncé.
    Sinon, très chouette blog, bravo.

    Répondre
  • 21 mai 2012 at 21h20

    10’11, partie II du reportage, ç’aurait pu être une française parlant des même postes en france (vigile et agent d’entretien). Pour les seconds, les conditions sont identiques : partiel déguisé, déplacement obligatoire mais non payé, contrats et salaires de misère…
    Deux faits amha intéressants, si je ne me trompe pas. Tout d’abord le vol. En france si on est sdf et qu’on s’endort avec chaussures et valise à côté de soi, quand on se réveille, on n’a plus rien. un sdf disait encore il y a qq jours dans un reportage du journal qu’on ne dort plus quand on se retrouve dans la rue pour ne pas tout se faire voler et qu’on perd son dernier taf à cause de ça. Ça n’a pas l’air d’être le cas au japon… à confirmer/infirmer. Ensuite, en france, il n’y a pas d’endroit où on peut se laver et passer la nuit pour un prix abordable, 13€/nuit dans un manga-café d’après le reportage.

    Répondre
  • 13 décembre 2015 at 12h22

    Bonjour,

    Sans dénigré l’article que j’ai adoré la photo 17, et à plus forte raison la photo 21 montre t-elles vraiment des SDF ?

    Répondre
  • 14 avril 2019 at 15h47

    Ce qui est horrible dans ma tête et je pense sur pas mal d’autres gens. Tu montres des choses horribles, la misère, la pauvreté etc… Qui est réel comme dans tout pays. J’ai vu aussi pas mal de sdf au Japon. Parfois cul à l’air, endormi au milieu des sorties de métro. Mais t’es photos sont tellement belle qu’on dit quand même en premier wahou c’est beau avant de dire que c’est triste. ><

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8-O 
°O° 
8-D 
O_O 
:blurp: 
;) 
-_- 
:(( 
s-D 
:-p 
8) 
-_^ 
:savant: 
:savant2: 
:love: 
:) 
:-) 
:( 
:victory: