Asakusa

Vendredi 01 fév | 2013

La tête dans les nuages – Sky-tree スカイツリー

par

skytree-89

Impossible de ne pas voir à Tokyo la Sky-tree, cette tour de 634 mètres a été inaugurée le 22 Mai dernier.
J’ai été faire un tour fin Septembre dans cet observatoire flambant neuf.
Des observatoires à Tokyo, je pense les avoir tous fait ( Mori Tower, World trade center, Tokyo Tower, Sunshine 60, Mitsumoto, Shinjuku central building, Kitatopia, Ebisu garden, Bunkyo, mairie de Tokyo, mairie de Nerima, Carott tower, L-tower… ). Non je ne suis pas un otaku des observatoires… enfin si un peu quand même.
s-D
La sky-tree était surement le dernier observatoire sur ma liste. Alors un matin, après avoir vérifié la visibilité sur Tokyo, j’ai pris mon sac photo, mon trépied et direction le nord de la ville.

skytree-90

La sky-tree étant fraîchement ouverte et vu le matraquage médiatique, il y a beaucoup de monde, il faut donc être patient pour monter.
Pas besoin de réservation, même si pendant les premiers mois il y a eu une loterie pour avoir des places. Comptez 45 minutes à 1 heure d’attente pour monter au premier niveau à 350 mètres. Pour accéder au second niveau à 450 mètres, il faut refaire la queue à nouveau 20 à 45 minutes.
Le premier niveau coute 2000 yens et le 2° niveau 1000 yens de plus. Oui, ça coute un bras !

°O°

Alors ça vaut le coup ?
C’est une question difficile, personnellement je dirais que non, c’est l’observatoire le plus cher de Tokyo et ça n’est pas le plus intéressant. Si vous avez 3000 yens, préférez la Mori tower, au moins vous pourrez vous payer un verre en haut.

Trop loin, trop haut, trop cher :
Pour moi, la sky-tree accumule les défauts. Même si c’est une vraie prouesse technique et architecturale ça reste un observatoire moyennement intéressant.
Trop loin :
Sa position, au nord de Tokyo ne vous fait pas du tout apprécier la ville. Je vous conseille d’amener des jumelles ou un télé-objectif d’au moins 200mm pour prendre des photos. On voit à peine Shinjuku ou Ikebukuro. En fait j’ai eu du mal à apprécier Tokyo depuis là-haut.
Un point positif quand même, on découvre toute la partie Nord-est de Tokyo avec la Edogawa que l’on ne peut pas voir depuis les autres observatoires.
Trop haut :
C’est un point positif et un point négatif. La sensation est très intéressante, on se sent en train de survoler la ville. Mais on ne se sent plus dans la ville. C’est ce que j’aime bien lors que je vais dans un observatoire : dominer les autres bâtiments mais me sentir encore dans un bâtiment. Depuis la Sky-tree, on ne voit que des maisons microscopiques à perte de vue.
Une chose impressionnante quand même à cette hauteur, on distingue les ombres de nuages sur la ville.
Trop cher :
Je l’ai déjà dit, à ce prix on peut faire un autre observatoire et se payer une glace ou une boisson en haut.

skytree-91

Économisez 1000 yens :
Laissez tomber le 2° niveau, il n’apporte rien, on est 100 mètres plus haut et les fenêtres sont plus petites. Ça n’a pas d’intérêt si vous montrez spécialement pour faire des photos. Le 1° niveau vous satisfera amplement.

skytree-92

La Sky-tree a quand même des points positifs, avec sa hauteur on a une vraie sensation de survol de la ville. Je pense qu’il faut y aller surtout pour ça. Si vous voulez voir Tokyo, vous aurez besoin de jumelles tellement tout est petit et loin.

Attention, je ne suis pas blasé des observatoires, j’ai toujours beaucoup d’émotions quand je vais par exemple au World trade center ou à la Sunshine 60 pourtant 150 mètres moins hauts.

18 commentaires
Vendredi 25 mai | 2012

Sanja matsuri 三社祭 partie 2/2

par

Dimanche matin, me voilà en route pour la 3° et dernière journée de la Sanja matsuri. Levé 4h30 du matin pour assister au départ des mikoshi à 6h. Ça commence très mal : je suis à l’heure mais impossible de voir quoi que ce soit. Les gens ont amené leurs escabeaux, je me retrouve devant une foule perchée à 2 mètres de haut. Je dois trouver très vite un autre spot. Je repère les immeubles alentours à la recherche d’un toit terrasse ou d’une cage d’escalier donnant sur le temple.

sanja matsuri, asakusa, tokyo
Matsuri ou rassemblement de peintres de plafond ?

Un immeuble donne sur le temple, il y a du monde sur le toit, c’est parti. Arrivé en bas, il est écrit qu’il s’agit du toit terrasse d’un bar, la porte automatique est fermée, je rebrousse chemin. Après 5 minutes à chercher, je décide de repasser devant cet immeuble. Si quelqu’un descend je pourrais peut-être me faufiler. Bingo, un mec descend ses poubelles, je me dirige naturellement vers la porte et je prends l’ascenseur avec lui.
8)

Sur le toit terrasse du bar, tout le monde est occupé à faire des photos, je dis bonjour et je m’installe. Je fais tranquillement des photos pendant 15 minutes, jusqu’au moment où une personne du staff me repère et me demande gentiment de partir car je n’ai pas d’invitation. Je m’excuse et je redescends tranquillement avec suffisamment de photos, mission accomplie !
s-D

sanja matsuri, asakusa, senso-ji, tokyo


Conditions de prise de vue :

2 jours assez physiques avec un soleil de plomb, difficile d’approcher les mikoshi, la foule est assez dense par endroit. C’est tout de même une matsuri à faire mais ça n’est pas la plus plaisante pour faire des photos. Aucun recul possible, toujours bousculé, si l’on veut réussir certaines photos il ne faut pas hésiter à anticiper le passage du mikoshi et attendre 10 à 20 minutes.
J’ai utilisé principalement 2 objectifs, le 12-24mm et le 24-105mm. Le télé-objectif est impossible à exploiter dans la foule. Je suis rarement à pleine ouverture mais plutôt à f9 ( pour avoir du détail dans les scènes ) et j’essaie de garder une vitesse rapide (au dessus de 1/200 ) pour éviter le floue de bougé.

10 commentaires
  • RSS

    S'abonner à Issekinicho

  • Du Japon dans tes oreilles

    Here is the Music Player. You need to installl flash player to show this cool thing!

    Quelques lectures sur le Japon