Japon

Lundi 13 jan | 2014

Notre porte-monnaie à Okinawa

par

Et si une de nos bonnes résolutions pour 2014 c’était de poster toutes ces notes qui sont dans notre liste « à faire » depuis 1 an ?

Aujourd’hui nous répondons à une question qui nous a été posée plusieurs fois :
Aller à Okinawa, combien ça coute ?

Avant de partir du Japon, on avait décidé de passer nos 20 derniers jours sur ces îles paradisiaques, tout au sud du Japon : Okinawa. Fin Septembre, on a donc lâché notre appart à Tokyo, et n’ayant plus de loyer à payer on a pu s’offrir quelques semaines de balades et de découvertes sur fond de végétation tropicale, plages de sable blanc et mer turquoise…

okinawa

Budget pour un voyage de 20 jours à Okinawa

Depuis Tokyo pour 1 personne.
Tout les prix indiqués sont ceux d’Octobre 2012.

okinawa_budget

Transports

VOLS
Aller/retour Tokyo <-> Naha
     15 800 円
Compagnie : Air Asia ( low-cost )
avec 1 bagage 15 kg max.
Aller/retour Naha <-> Ishigaki   
  17 200 円
Compagnie : ANA
ANA était alors la seule compagnie opérant entre ces deux îles et il n’y a plus de liaison maritime depuis quelques années, donc pas trop le choix…

* EDIT * Les tarifs et compagnies desservant Okinawa ont changé depuis 2012 :
> Maintenant, pour aller de Naha à Ishigaki, il y aussi la compagnie low-coast PEACH.
> Air Asia ne dessert plus Naha depuis Tokyo. En low-coast, on peut passer par JetStar.
> Jusqu’au 29 Mars 2014, ANA propose l’offre « Experience Japan » avec un prix unique pour tout les vols intérieurs ( 10 500 円)

okinawa

FERRY
Aller/retour Naha <-> Kumejima
  6 270 円
Aller/retour Ishigaki <-> Taketomi Jima 1 220 円
Aller/retour Ishigaki <-> Iriomoté 4000 円

okinawa

LOCATION DE VOITURE
À Okinawa, même sur Okinawa Honto (l’île principale) il n’y pas de réseau ferré (autant il est possible de visiter presque entièrement le Japon en train, autant sur Okinawa les transports en commun ne sont pas très pratiques…)
Pour pouvoir explorer les différentes îles, on a donc dû passer par la case « location de voitures ».
Pour louer une voiture au Japon, il vous faudra bien-sûr être en possession d’une traduction certifiée de votre permis français. On l’a fait faire à l’Ambassade de France à Tokyo, ça coûtait environ 1000 円. Mais depuis Octobre 2012, l’ambassade de France ne fait plus les traductions de permis, il faut passer par la Japan Automobile Federation ( Plus d’infos ici ).

Nous avons loué une voiture pour 3 jours à Kumejima ( On n’avait pas réservé à l’avance et l’hôtel s’est chargé de la réservation pour nous, donc on a payé cher…  >__< )
En réservant à l’avance, on a ensuite pu trouver des voitures à louer en divisant ce budget par 2. Il est possible de réserver une voiture en ligne sur de nombreux sites japonais. Nous, on a utilisé le même que pour la réservation d’hôtels : Jalan.net (rubrique レンタカー  rent a car)

Location voiture à Kumejima : 8000 円 / jour + 500 円 d’essence (l’île n’est pas très grande)
Location voiture à Naha : 4200 円 / jour + 600 円 d’essence
Location voiture à Ishigaki : 4250 円 / jour + 2200 円 d’essence
Location voiture à Iriomoté :
4200 円 / jour +  700 円 d’essence

TOTAL Transports : 56 815 円

okinawa_voiture

 

 

  Hébergement

okinawa_hotel

Comptez en moyenne 2500 円 / personne / nuit pour des hôtels basiques type « Buisness Hôtel » ou Guest-houses.
(Attention : Les tarifs des hôtels au Japon sont toujours indiqués par personne !)

Voici notre buget pour notre voyage de 20 jours (19 nuits).
1 nuit à Naha ( nuit en Buisness-hôtel )                 2050 円 / nuit / 1 personne
3 nuits à Kumejima à l’hôtel GARDEN HILLS     4000 円 / nuit / 1 personne
7 nuits à Naha à l’hôtel YUKURU                            2500 円 / nuit / 1 personne (on déconseille)
1 nuit à Naha à l’hôtel OKINAWA-BASE             2200 円 / nuit / 1 personne (on déconseille)
7 nuits à Ishigaki à l’hôtel HAPPY HOLLiDAYS   2100 円 / nuit / 1 personne

TOTAL Hébergement : 48 450 円 pour 1 personne pour 19 nuits

 

  Nourriture

okinawa_specialites

On a compté en moyenne 1500 円  par jour et par personne.

TOTAL Nourriture : environ 30 000 円 / personne pour 20 jours

_______________

okinawa

Notre budget total pour ce voyage de 20 jours a été d’environ 135 300 円  par personne.
Bien-sûr, il ne s’agit que d’un budget personnel, qui correspond à notre façon de voyager et qui ne conviendra pas à tout le monde. En général, on économise pas mal sur les hébergements et pour la nourriture ça reste basique. Comme vous vous en doutez, on peut certainement voyager pour moins cher (en dormant chez l’habitant par exemple) et à l’inverse on peut sans problème exploser ce budget en choisissant des hôtels de luxe et des restos moins « cantine familiale » !
On espère que les prix indiqués ci-dessus pourrons vous donner un aperçu et peut-être vous aider à préparer votre voyage.

14 commentaires
Mardi 22 oct | 2013

Tokyo blue – un documentaire de Sylvain Garassus

par

C’est bientôt la sortie des livres Nippon no haikyo et Nekoland, nous avons pu répondre à différentes interviews, on remercie d’ailleurs les gens qui portent de l’intérêt à notre travail et à celui de Jordy.

Mais aujourd’hui on ne va pas parler de nous. J’aimerais vous présenter Sylvian Garassus et son travail sur le documentaire Tokyo Blue. J’ai découvert son travail un mois avant de partir du Japon et le temps que l’on entre en contact, j’ai loupé la chance de le rencontrer. Avant de lui poser quelques questions sur son travail, je vous invite à regarder l’extrait de son documentaire Tokyo Blue encore en production.

 

Bonjour Sylvain, pourrais-tu te présenter ?

Bonjour, je m’appelle Sylvain Garassus, je suis caméraman et réalisateur, j’ai surtout travaillé dans le domaine du documentaire animalier et je vis entre la France et le Japon depuis plus de 10 ans.

documentaire, sdf, tokyo, tokyo blue, sylvain garassus

Peux tu présenter ton projet Tokyo Blue ?

Il s’agit d’un documentaire sur un groupe de SDF japonais qui s’étaient installés dans un terrain au bord d’une rivière de Tokyo. Ils étaient une cinquantaine à vivre là dans des cabanes de toile bleue, mais ils ont désormais été expulsés. Le film suit quelques uns d’entre eux sur une longue période qui va jusqu’à leur expulsion. Il s’agit d’un film intimiste qui reste proche d’eux mais cherche aussi à aborder, à travers eux, des sujets plus vastes liés à la société japonaise – ou à la société en général.

documentaire, sdf, tokyo, tokyo blue, sylvain garassus

Comment est venu l’envie de traiter ce sujet ?

J’ai rencontré le premier d’entre eux un jour où je pêchais au bord de la rivière, en 2010. Je me suis tout de suite dit que c’était un personnage incroyable : il vivait depuis 15 ans dans une cabane en bois en plein Tokyo, travaillait 3 ou 4 jours par semaine pour nourrir une quinzaine de chats… Le lieu aussi m’a séduit : une espèce d’enclave, une jungle miniature à la végétation exubérante, oubliée par la ville.

Mais en fait, c’est depuis mon premier passage au Japon que je m’intéressais à la population de SDF de Tokyo. Je voulais en apprendre davantage sur eux, savoir comment ils en étaient arrivés là, comment ils vivent et pourquoi ils semblent à ce point invisibles aux yeux des japonais “normaux.”

documentaire, sdf, tokyo, tokyo blue, sylvain garassus

As tu rencontré des difficultés lors du tournage ?

Évidemment, le tournage n’a pas été facile tous les jours. Il s’agissait d’une immersion parmi les SDF : lors des tournages j’étais seul, je montais ma tente au bord de la rivière et vivais avec eux. J’ai néanmoins rapidement remarqué qu’il était préférable que je fasse des séjours plutôt courts et que je les laisse retourner à leur vie normale et à leurs habitudes. En ce qui concerne les désagréments, il y avait les nuits étouffantes en août, les nuages de moustiques, les pluies diluviennes parfois… Mais les seules vraies difficultés étaient dans les relations humaines, en particulier à cause la menace d’expulsion qui pesait sur eux. Ce sont des points qui sont abordés dans le film.

Pour conclure sur ce sujet, je dirais que ça a été une expérience parfois très dure mais pourtant très enrichissante et pour moi très positive. Je suis encore en contact régulier avec la plupart de ceux que j’ai filmés et je les revois toujours avec plaisir.

documentaire, sdf, tokyo, tokyo blue, sylvain garassus

L’extrait du documentaire date d’un an, peux tu nous dire ce qui s’est passé depuis ?

Depuis la mise en ligne du trailer, j’ai terminé les tournages et commencé le montage du film proprement dit. J’ai la chance de travailler avec une équipe passionnée qui apporte beaucoup au film – ce qui me change de la phase de tournage qui était très solitaire.

En parallèle, nous avons continué à chercher des débouchés pour le film et nous avons plusieurs pistes intéressantes.

C’est un projet que nous n’avons pas financé de manière conventionnelle (avec une chaine de télé dès le début), ce qui nous apporte beaucoup de liberté mais en revanche nous impose de travailler avec peu de moyens et parfois des délais un peu longs. Nous espérons néanmoins terminer le film d’ici le début de l’année 2014. Évidemment, je vous tiendrai au courant.

 documentaire, sdf, tokyo, tokyo blue, sylvain garassus

Merci à Sylvain de nous avoir autorisé à publier ses photos pour illustrer l’interview. On reste en contact et on vous tiendra au courant dés qu’une date de diffusion sera fixée.

 

13 commentaires
  • RSS

    S'abonner à Issekinicho

  • Du Japon dans tes oreilles

    Here is the Music Player. You need to installl flash player to show this cool thing!