jQuery(document).ready(function(){ jQuery("#slider").easySlider({ auto: true, continuous: true }); });
Lundi 15 avr | 2013

Réflexion – l’avenir de nos photos

par

back-up, sauvegarde, disque dur, lacie, nas

En faisant nos cartons pour déménager à Strasbourg, j’ai trouvé une vieille boite en fer.
Cette vieille boîte à gâteau contenait des photos, certaines remontent à la 1ère guerre mondiale. Dans un album, j’ai retrouvé aussi des clichés des années 80 avec mes parents, moi enfant, une pochette avec des négatifs… Ça nous arrive tous de regarder de vieux albums photos et de nous replonger dans notre passé.

Mais dans 10, 20 ou 30 ans quand vos enfants voudront revoir vos photos, l’exercice ne sera peut-être pas aussi simple…

Imaginez la scène, dans 30 ans vos enfants ou un membre de votre famille retrouve dans une boite, des dvd. Trop jeune, il n’a pas connu ce support et la technologie a été remplacée depuis longtemps par autre chose. De plus, en ayant ce dvd entre les mains, impossible de savoir ce qu’il contient : photos, musique, films, documents… ou tout ça à la fois ?
Même s’il le met dans un lecteur de dvd, peut-être que les données auront été detruites avec le temps.
Vos photos n’auront pas survécu. Si ce que je dis vous semble impossible, prenez une disquette qui a 15 ans et essayez de lire les fichiers qu’elle contient. Vous n’aurez surement plus de lecteur, la disquette aura de grande chance d’être démagnétisée et même si elle montait sur votre ordinateur vous ne trouveriez peut-être plus de logiciel pour lire les fichiers.

back-up, sauvegarde, disque dur, lacie, nas

De l’argentique au numérique :
Le passage à la photo numérique a bien sûr permis de multiplier le nombre de photos, de partager plus facilement et à plus de monde. Mais la photo numérique a surtout changé de support de stockage.
Un album et des pochettes plastiques suffisent à stocker des tirages et des négatifs. D’un seul coup d’œil sans machine et sans électricité, je peux regarder un négatif, trier et stocker mes photos. Certes ça prend plus de place, il n’y a pas de mots clé, mais avec un minimum d’organisation, on s’y retrouve. Et surtout sans connaissance technique tout le monde peut regarder les photos.

Avec le numérique, le photographe devient informaticien et doit acheter de l’espace de stockage. Si on court après les pixels, ces photos de plus en plus lourdes demandent de plus en plus de place de stockage.

On ne vole pas un album photo :
Un album de photos de famille ou de mariage ça n’intéresse pas les cambrioleurs, par contre ils risquent fortement de repartir avec votre matériel informatique. Et si vous stockez uniquement dans votre ordinateur, vous perdrez 1, 2 ou 3 ans de votre vie iconographique. De même, la foudre tombe rarement sur un album photo mais plus fréquemment sur un ordinateur.
Vous aurez compris où je veux en venir : par sécurité, multipliez les supports. Pensez à avoir une copie de vos images sur un autre support, dvd, cd, disque dur… à vous de choisir le support le plus fiable selon votre budget.

back-up, sauvegarde, disque dur, lacie, nas

Condamnés à back-uper :
Nous sommes condamnés à maintenir en vie nos photos, les protéger de la destruction et du vol, mais aussi les maintenir lisibles au fil des changements de technologie. Que laisserons-nous à nos enfants, je ne sais pas vraiment.

Différents supports ont déjà été remplacés et sont devenus obsolètes. Qui est capable d’ouvrir aujourd’hui une disquette zip ou un syquest ? Ces supports étaient encore courants il y a 10 ans. Peut-être que vos enfants devront faire de l’archéologie numérique ( retrouver sur les brocantes des lecteurs ou des vieux ordinateurs ) afin d’ouvrir vos fichiers.

Si certains articles titraient récemment que notre génération est celle qui a créé le plus d’informations et d’images depuis le début de l’humanité, c’est aussi notre génération qui laissera le moins de traces.

Quel avenir pour mes photos du Japon ?
Est-ce que je pourrais encore les ouvrir et les regarder dans 20 ans ? Je n’en suis pas sûr. Actuellement j’ai opté pour une sauvegarde simple :
un disque de travail de 2TO et une sauvegarde de ces 2TO sur 4 disques de 500GO. Les 4 disques de 500GO étant dans un autre lieu que mon disque de travail pour éviter le vol ou un incendie qui détruirait la totalité de mes données d’un seul coup.

Quelques conseils :

Il y a plein de solutions de sauvegarde ( disques durs, NAS, Cloud… ) et les prix sont très variables, à vous de trouver celle qui vous va le mieux. Voici quelques conseils quand même.
- Pensez à une sauvegarde logique, essayez de ne pas éparpiller vos données ( un peu de photos sur un disque mélangées avec d’autres fichiers qui n’ont rien à voir, un peu de photos sur un autre disque au milieu de vos fichiers de travail… ).
- Optez pour un bon logiciel de catalogage qui permet de trier et d’ajouter des mots clés.
- Triez régulièrement, ça sera plus simple et plus sûr que de trier une fois tous les 6 mois.
- Gardez les fichiers RAW (si votre appareil peut photographier en RAW ) les logiciels évoluent et les gèrent de mieux en mieux. Ne les jeter pas pour gagner de la place en les convertissant en jpg.
- Pensez à garder aussi les instals des logiciels ( sur le même disque si vous avez la place ).
- Vérifiez vos disques régulièrement afin d’anticiper les problèmes matériels.
- Jetez les photos vraiment ratées ou mettez les dans un autre dossier. Elles noient les bonnes photos et ralentissent vos recherches.
- Faites des tirages papier ( un tirage papier vit plus longtemps qu’un CD ), les tirages numériques sur papier baryté imprimés avec des encres de qualité ont une durée de vie estimée à 100 ans.

Voilà, je sais que dans cet article je soulève surtout des problèmes et je n’apporte pas de solution, mais je trouvais intéressant d’aborder ce sujet. N’hésitez pas à donner votre avis sur vos solutions de stockage et si vous avez des astuces.

Bon en tout cas, pendant le prochain week-end pluvieux si vous ne savez pas quoi faire, faites du tri dans vos photos !!
:-p

29 commentaires
Lundi 08 avr | 2013

Kanamara matsuri • la matsuri du zizi

par

C’est un classique au Japon et surement la fête japonaise la plus connue à l’étranger car c’est une matsuri que l’on classe dans les fêtes bizarres et ça colle plutôt bien à l’image que l’on aime donner des japonais. La kanamara matsuri a lieu tous les 1° dimanche d’Avril.

kanamara, zizi matsuri, festival du zizi, japon, tokyo

Vraiment bizarre ? Pas forcement, cette matsuri existe pour une bonne raison. Le temple était autrefois fréquenté par les prostituées qui venaient prier pour être protégées des maladies vénériennes. Aujourd’hui, on peut voir des couples avec des jeunes enfants, la visite au temple est censée, entre autres, consolider l’harmonie dans le couple. Depuis 1985, l’argent récolté lors de la matsuri est reversé à la lutte contre le Sida. Pas mal de transsexuels et de travestis participent aussi à l’événement.

C’est la matsuri avec le plus grand nombre de gaijins au mètre carré et beaucoup de japonais ne comprennent pas pourquoi les gaijins viennent à ce genre de festival vu qu’ils ne sont pas directement concernés, sur le fond ça reste une fête religieuse.

kanamara, zizi matsuri, festival du zizi, japon, tokyo

À faire ? Oui pourquoi pas, mais ça n’est pas la matsuri indispensable à voir, juste une matsuri un peu différente, l’ambiance reste bon enfant, mais à éviter si les gaijins qui rigolent comme des abrutis ça vous énerve ( en général, ils restent autour du temple et ils ne suivent pas le cortège dans les rues ).
Les photos ont été prises sur 2011 et 2012 : en 2011 la procession avait été annulée à cause des événements récents dans le Tohoku, mais il y avait quand même eu une petite cérémonie dans le temple.

4 commentaires
  • RSS

    S'abonner à Issekinicho

  • Du Japon dans tes oreilles

    Here is the Music Player. You need to installl flash player to show this cool thing!



    Si vous aimez les livres des éditions Issekinicho, vous aimerez surement les livres des éditions Omakebooks !